BEAC : le nouveau gouverneur Abbas Mahamat Tolli face à de multiples réformes

​La cérémonie d’installation officielle du gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) a eu lieu le vendredi 31 mars 2017 à Yaoundé au Cameroun. En fonction depuis février 2017, Abbas Mahamat Tolli et ses collaborateurs sont appelés à s’investir afin de relever les nombreux défis en vue d’accélérer les réformes économique et financière envisagées par les chefs d’Etats de la zone Cemac.

La Cemac (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale) connait depuis plus de deux ans des turbulences susceptibles de ralentir son émergence. Dans ce climat marqué par la détérioration de la situation économique et financière « Abbas Mahamat Tolli est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut, au regard de son profil et de son parcours professionnel bien riche » a martelé Calixte Nganongo, président en exercice du Comité ministériel de l’Union.monétaire de l’Afrique centrale. Celui-ci indique qu’une transformation profonde de la Cemac va permettre de renforcer la résilience et la stabilité à moyen et à longs terme. Au nombre des objectifs à atteindre par la nouvelle équipe dirigeante de la Beac figure en bonne place, l’accélération de la modernisation notamment le statut de la Banque centrale et la finalisation de la politique monétaire afin de hisser l’institution au niveau des meilleurs standards.

Allamine Ousmane Meye, ministre camerounais des Finances salue le nouveau gouvernement de la Beac et l’encourage à suivre la feuille de route donnée par les chefs d’État. « Le choix de la Cemac est celui d’une forte intégration qui se construit et qui a des vertus impliquant une forte politique monétaire de la Beac. Nos chefs d’État ont choisi en plus de l’intégration économique, l’intégration monétaire qui est un des leviers principaux de l’épanouissement des populations de la Cemac à travers une communauté dynamique afin de promouvoir la libre circulation des personnes et des biens. Les défis sont nombreux certes, mais une feuille de route a été donnée par les chefs d’État. Elle a été déclinée en 21 résolutions et elle constituera le sentier que vous aurez à suivre. »

Une foule immense composée de plusieurs autorités camerounaises, des délégations venues du Congo, du Gabon, de la République Centrafricaine, de la Guinée équatoriale ainsi que les représentants des institutions monétaires internationales et de plusieurs autres corps diplomatiques ont rehaussé de leur présence cet événement.

Le Tchadien Abbas Mahamat Tolli a été nommé lors de la 27e session extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la Cemac tenue à Malabo le 30 juillet 2016, suivant le principe de rotation par ordre alphabétique des États membres institué en 2010. Le vice gouverneur de la Beac est le Camerounais Dieudonné Evou Mekou.

Source:Tchadinfos

La pollution de l’air


Qu’est ce qui produit la pollution de l’air ?

​La pollution atmosphérique peut être produite par:

-les fumées industrielles (les usines par exemple);

-les combustions assurant les chauffages domestiques et urbains:

-Les gaz d’échappement des automobiles et de tous les moteurs:

-Le brûlage des déchets en dehors des installations prévues à cet effet.

Ces différentes sources de pollution envoient dans l’atmosphère des poussières et des gaz plus ou moins dangereux comme de l’oxyde de carbone qui est un gaz inodore.

Qui est concerné par la pollution ?

La pollution peut affecter les personnes adultes bien portantes respirant chaque jour de l’air pollué. C’est surtout le cas quand ces personnes y sont très exposées comme les agents de la circulation par exemple. C’est aussi le cas pour les personnes fumeurs ou les sportifs qui pratiquent une activité sportive intense comme le jogging ou le vélo à proximité des voies de circulation.

Les niveaux de pollutions varient chaque jour. Les conditions météorologiques peuvent augmenter ce niveau de pollution créant ce qu’on appelle des «pics».

Mais il n’y a pas que les hommes qui sont touchés par la pollution de l’air. En effet, les végétaux et les animaux subissent également des effets dus à la pollution. Les polluants tels que les désherbants, fongicides ou insecticides affectent directement ou indirectement les plantes et à cause de cela, il y a une régression voire une disparition d’espèces pollinisatrices comme, par exemple, les abeilles. Quant aux animaux, ils respirent également de l’air pollué.

Cependant, chaque jour, 5 500 enfants meurent de maladies à cause de leur consommation en eau et aliments pollués. De plus, 40% des maladies liées à l’environnement touchent les enfants de moins de cinq ans.

Y a t-il plusieurs types de pollution ?

Hélas oui, l’air est pollué par différents types de pollutions que nous pouvons classé en 2 parties :

-Une pollution dite primaire : elle est émise directement dans l’atmosphère, et elle est constituée à partir de fioul et de charbon. Elle est aussi constituée d’une pollution constituée par les oxydes d’azotes, des moteurs et des industries, et enfin d’une pollution par les hydrocarbures, les poussières et les métaux.

-Une pollution dite secondaire : c’est une pollution photochimique qui résulte d’une réaction du dioxyde d’azote, du monoxyde de carbone qui est très nocif, et des composés volatils crées à cause des activités de l’homme.

Ainsi, nous avons établi des règles, des normes que nous devons respecter, et qui sont réglementaires… Nous devons d’abord réduire les flux, de nos polluants rejetés et émis dans l’atmosphère, en surveillant et règlementant nos usages industriels, produits en grandes quantités.

Nous devons également rendre une obligation de faire des contrôles anti-pollution des véhicules, réglementé par le code de la route. Nous devons aussi surveiller les rejets domestiques.

En quoi la pollution nuit-elle à notre santé ?

L’air est indispensable pour la survie de l’homme, mais il peut avoir des effets nocifs si sa qualité est mauvaise. La pollution constitue un danger immédiat pour la santé, mais a également un effet qui s’amplifie au fil des années.

La pollution atmosphérique peut être à l’origine de symptômes tels que la toux, gène respiratoire, les maux de gorge ou encore l’irritation des yeux.

Elle peut également déclencher des crises d’asthme chez les asthmatiques ou diminuer les capacités respiratoires chez l’enfant.

Les maladies dues à la pollution sont donc :l’asthme, les allergies, les maladies cardio-vasculaires et plus gravement les cancers du poumon et bien d’autre moins dangereuses comme les maux de tête, les vertiges etc.

Une solution pourrait être d’utiliser des masques anti-pollution car les masques contrôlés par les organismes de normalisation sont en mesure de nous protégé. Tandis que les masques non contrôlés, ceux que l’on peut trouver dans le commerce, peuvent apportés une protection mais son efficacité n’est pas assurée.

Que peut-on faire pour réduire les niveaux de pollution ?

Pour réduire les niveaux de pollution, des gestes individuels peuvent contribuer à la réduction de pollution. Par exemple :

-Nous pouvons acheter des voitures moins polluantes;

Ne pas laissez le moteur de la voiture tourner;

-Limiter sa vitesse pour moins polluer;

Nous pouvons également prendre les transports en commun, circulé à vélo ou encore nous déplacer à pied.

Conclusion :
En résumé, la pollution de l’air est très nocif pour l’homme mais également pour les animaux et

également les végétaux. Cette pollution peut créée des maladies plus ou moins grave à l’homme mais hélas cette pollution de l’air peut tuer. Nous sommes donc tous concernés par la pollution de l’air mais cependant, grâce à des gestes simples nous pouvons réduire les niveaux de pollution.

CAMPAGNE NATIONALE DE VACCINATION DE MASSE CONTRE LA POLIO

DSC00680.JPGDISCOURS DE LA COORDINATION HUB DE N’DJAMENA, UNICEF-TCHAD

JNV DE DECEMBRE 2016 Bodoro LE 03 DECEMBRE 2016

Excellence Monsieur le Gouverneur du Chari-Baguirmi;

M. Le Commandant de la Légion No13 ;

Monsieur le Préfet du Département du Baguirmi ;

M. Le Sous-Préfet de Massenya ;

M. Les Délégués régionaux du Chari-Baguirmi;

Sa Majesté le Sultan du Baguirmi;

M. Le Maire de la commune de Massenya ;

MM. Les Médecins Chefs de Districts ;

Mesdames, Messieurs les Autorités Civiles et Militaires ;

Messieurs  les Chefs traditionnels et religieux ;

Chers collègues du Système des Nations Unies ;

Mesdames, Messieurs les représentants des Organisations de la Société Civile ;

Laborieuse population de Bodoro;

Distingués invités ;

Mesdames et Messieurs

Au cours des dernières années, nous avons assisté à plusieurs cérémonies de lancement et je suis heureuse de constater que le Gouvernement et ses partenaires restent assez concentrés sur l’objectif principal qui est d’éradiquer complètement la polio au Tchad.

Ce matin, nous nous retrouvons pour le lancement officiel des journées nationales de vaccination en riposte contre la Poliomyélite.

La présente campagne se déroule dans un contexte marqué par des bonnes nouvelles dans la lutte contre la polio. Le Tchad s’apprête à célébrer la quatrième année sans Polio.

Ces résultats sont obtenus grâce aux nombreuses campagnes de vaccination de masse organisées contre la polio.Malgré des efforts fournis jusque-là, le virus continue de circuler dans les pays voisins comme le Nigeria, d’où 3 cas de poliovirus sauvage ont été découverts dans l’Etat de Bornou en aout dernier. Comme vous le savez, le virus ne connaît pas de frontière, donc vous conviendrez avec moi que le polio virus sauvage est bien aux portes du Tchad. En plus des risques externes, il faut signaler qu’en dépit d’inlassables efforts fournis jusque-là, les taux de couverture de la vaccination de routine restent assez bas. C’est pour cette raison que nous devons rester en éveil et surtout renforcer les mécanismes et les stratégies qui nous ont permis de récolter des résultats positifs au cours de ces dernières années.

Excellence Monsieur  le Gouverneur,Mesdames, Messieurs.Je voudrais saisir l’opportunité qui m’est offerte pour réitérer au Gouvernement, nos sincères félicitations pour les efforts déployés jusque-là et pour l’engagement des plus hautes autorités du Tchad en faveur de la lutte contre la poliomyélite.

Excellence Monsieur  le Gouverneur,

Chers invités,

Population de Bodoro,

Permettez-moi d’insister sur la communication et la mobilisation sociale sans lesquelles nous n’aurons jamais eu les résultats dont nous en sommes fiers aujourd’hui.

Les stratégies de mobilisation sociale qui ont montré leur efficacité au cours des campagnes passées doivent être renforcées. Plus spécifiquement, l’accent devra être mis sur les activités de communication interpersonnelle qui permettront de résoudre les problèmes récurrents de refus de vaccin ou d’absence des enfants. Notre objectif, faut-il le rappeler, est d’atteindre tous les enfants y compris ceux vivant dans les zones les plus difficiles d’accès.

Je voudrais aussi profiter de cette occasion pour saluer vivement l’implication des relais communautaires non seulement dans la communication interpersonnelle pendant les activités de vaccination supplémentaire, mais également je tiens à saluer leur appui dans les activités de vaccination de routine. Leur volonté est d’apporter une amélioration dans la couverture vaccinale des enfants en organisant les causeries éducatives dans les villages, quartiers et carrées.

Nous ne manquerons pas au passage d’encourager aussi les crieurs publics qui sont à pied d’œuvre pour informer les populations même les plus reculées.

Nous devons par conséquent, renforcer la vaccination de routine qui permet de pallier les insuffisances des campagnes ponctuelles de vaccination de masse. Nous devons amener les populations à comprendre que les campagnes de masse ne sauraient remplacer la vaccination de routine.

Conscient de l’ampleur du défi à relever, l’UNICEF et l’OMS dont j’ai l’insigne honneur de représenter ici, réaffirment leur ferme volonté et leur engagement à accompagner le Gouvernement pour améliorer les indicateurs de santé et plus particulièrement la couverture vaccinale à travers le pays.

Monsieur  le Gouverneur, je m’en voudrais de terminer mon propos sans remercier une fois de plus le Gouvernement, le Ministre de la Santé Publique et vous particulièrement, pour avoir initié la présente campagne de masse et pour les efforts remarquables fournis pour étendre les activités vaccinales dans la région du Chari-Baguirmi.

Je vous remercie pour votre bien aimable attention.