Une éducation de qualité pour chaque enfant tchadien.

Éducation de qualité pour chaque enfant tchadien est une question prioritaire.

Manque de l’éducation au Tchad est un soucis pour le gouvernement tchadien et ses partenaires qui oeuvrent activement dans ce domaine tel que Unicef , Unesco

Aujourd’hui, dans la plupart des pays du monde, c’est l’école qui assure l’éducation de tous les enfants. Cette école pour tous est publique, gratuite et obligatoire. Mais ce n’est le cas que depuis la fin du XIXème siècle : auparavant, l’instruction était réservée à des privilégiés, à une élite, et l’école pour tous a mis du temps à s’imposer. L’histoire de l’école peut donc être considérée comme une conquête du droit à l’éducation.

Ce droit à l’éducation, reconnu de nos jours comme un droit de l’enfant, n’est toutefois pas garanti dans le monde entier. Il existe de très grandes inégalités entre les pays riches et les pays pauvres dans l’accès à l’éducation qu’ils sont en mesure d’offrir.

En 2000, le taux d’alphabétisation était de 53,6%. L’éducation est théoriquement obligatoire pour un cycle de six ans, de 6 à 11 ans. En 2002–2003, 76% des enfants d’âge scolaire (dont un tiers de filles 👭) fréquentaient l’école primaire, tandis que 16% seulement avaient accès à l’école secondaire. 

Les obstacles à la scolarisation dans le monde et au Tchad

L’ONU s’est engagée avec les pays du monde à assurer avant 2015 l’accès à l’éducation primaire de tous les enfants, filles et garçons. Cet engagement repose sur la lutte contre les inégalités de développement dans le monde. C’est en effet la pauvreté qui est le principal obstacle à la scolarisation. Pour aider leur famille, les enfants doivent travailler au lieu d’aller à l’école. Si l’école coûte de l’argent, les familles pauvres ne peuvent pas y envoyer leurs enfants (et à plus forte raison les filles 💁 👭👭).

Ici nous sommes à Bodoro dans un gros village 🏠 de Massenya.

Bodoro est l’un des gros villages du département du Barguimi. Avec plus 100.000 habitants soit 70% de cultivateurs et 2% éleveurs.

C’est d’ici nous avons interrogé le directeur de l’école primaire de Bodoro.

L’interview du directeur de l’école primaire de Bodoro avec ALI.

ALI: bonjour monsieur le directeur.

Directeur: Oui bonjour M. ALI.

ALI: monsieur le directeur que pensez-vous de problème qui retarde toujours votre école?

Directeur: Le problème qui menace notre école d’ici à Bodoro c’est les travaux champêtres et ignorance.

ALI: pourquoi les travaux champêtres et ignorance qui menacent votre école?

Directeur: parce que chez nous ici la minorité des habitants ce sont des cultivateurs et les éleveurs.

Les cultivateurs empêchent leurs enfants d’aller à cause de travaux champêtres. Et les éleveurs refusent d’amener pour ceux aussi.

Les ignorants refusent d’envoyer leurs enfants à l’école, parce qu’ils pensent l’école est une menace de leur tradition. Pour cela ils ont enterrés les grigris contre l’école de blancs.

ALI: que pensez-vous de l’enterrement de ces grigris?

Directeur: Oui l’enterrement de ces grigris empêchent leurs enfants d’aller à  l’école et de ne pas avoir d’amour de l’école de blancs.

ALI: Pourquoi les parents des enfants font ces sorts?

Directeur: Au début les enseignants qui étaient ici. Ce sont des personnes méchantes et irresponsables.

ALI: comment ils étaient des personnes méchantes et irresponsables?

Directeur: la première chose ces enseignants fouettaient énormément les enfants en plus ils forcent les parents d’élèves de le faire un don chaque fin de mois.

ALI: quels sorts de don?

Directeur: vous savez à l’époque les gens n’ont assez de moyens.le don c’est leurs récoltes de travaux champêtres et en plus un peu d’argent.

ALI: merci monsieur le directeur de m’avoir répondu à toutes mes questions.

Directeur: je vous en pris M.ALI.  

Propositions et recommandations.

Je propose et recommande quelques éléments essentiels pour une éducation en qualité pour tous.

👉 L’équipement des écoles en ordinateurs 💻

Dans les pays industrialisés, l’équipement des écoles en ressources informatiques (ordinateurs, Internet, Logiciels, etc.) est une priorité. Il est important que les enfants maîtrisent ces ressources pour que, une fois adultes, ils s’adaptent mieux au monde du travail. De plus, les exercices sur ordinateur (comme les pratiquent les jeunes filles sur la photographie) permettent aux élèves de travailler mieux et d’obtenir de meilleurs résultats à l’école. Il faut que le gouvernement tchadien rassure ces outils. Sans oublier les entrepreneurs qui oeuvrent activement pour le développement de notre pays, tels que WenakLabsTechnidev, je vous demande de développer des applications éducatives pour que les enfants apprennent facilement en jouant comme les jeux vidéos.

👉 Une place pour la récréation des enfants 👫 (Jouets).

Les enfants constituent une catégorie particulièrement fragile de la population : plus exposée à la pauvreté et à toutes sortes de violences (mauvais traitements, exploitation, etc.). Avec la Convention internationale des droits de l’enfant, signée en 1989, l’enfant est pour la première fois considéré comme une personne à part entière, avec des droits spécifiques. Outre les droits qui concernent la survie et le niveau de vie de l’enfant (droit à une alimentation correcte, à la santé, à l’eau potable, etc.), l’enfant a également le droit à l’éducation, ainsi qu’au repos et aux loisirs.

👉 Participation des élèves en classe🙋.

La participation en classe permet de développer chez les élèves les aptitudes sociales et intellectuelles dont ils ont besoin pour vivre en société. Dans plusieurs pays, la participation des enfants à la vie sociale s’étend aussi au domaine politique. C’est par exemple le cas en France et dans d’autres pays européens avec la création des conseils municipaux des enfants : élus par leurs camarades de classe, les enfants s’y réunissent pour participer à la vie de leur ville et exprimer leur avis sur les sujets qui les concernent. Ces initiatives sont une application de la Convention internationale des droits de l’enfant qui stipule que tout enfant a droit à la liberté d’opinion et d’expression : il peut penser librement, donner son avis sur tel ou tel sujet, écrire dans un journal, etc.

Ali Abdelkader Foulaty, JRC Tchad.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s