La Sous Délégation de Farchana procède au transfert des familles.

​554 personnes regroupées dans 115 ménages initialement enregistrées, 244 personnes dont 59 ménages ont été transférées au camp des réfugiés de treguine ce 20 aout 2017 dans la Sous Délégation de Farchana.

Le transfert c’est bien déroulé malgré l’état des routes, les fortes pluies et la présence des wadis. L’on a enregistré au cours de cette opération 10 cas de malnutritions dont 3 sévères pris en charge par le partenaire IRC.

Une distribution des Non-vivres a été faite ainsi que des repas chauds sont servis à ces ménages, en attendant la distribution des vivres PAM en cours. Un enregistrement du niveau 2 est en cours de préparation, le temps que les autres membres de famille viennent avec le bétail.

COMMANDEMENT DE LA FEMME AFRICAINE

Écoute, femme africaine: avoir un mari c’est bon mais vivre avec lui devient un problème.

En respectant ses commandements, Tu deviendras une femme moderne et exemplaire.

Article 1: Tu dois aimer ton mari plus que ton père, vivre avec lui jusqu’à la dernière minute de votre vue(mort) et la nuit il doit être toujours dans les bras comme ton premier fils.

Article 2: La femme ne doit jamais laisser son mari sentir la faim, elle doit lui présenter toujours de bon repas. Elle doit appeler son mari le matin mon amour, le soir mon chéri et dans la nuit sur le lit mon petit bébé.

Article 3: Tu dois te lever très tôt le matin pour nettoyer la cour, puiser de l’eau et préparer un café spécial à ton mari avant qu’il ne perte au travail. Il faut lui mettre son sac dernière son vélo, sa moto ou sa voiture et lui faire « biz » .

Il ne va jamais chercher une autre femme dans le quartier.

Article 4: Ne laisse jamais une mouche toucher tes assiettes ni entrer dans la cuisine pour partager le repas avec vous, il faut couper la part de ton mari la première position et manger avec lui s’il est seul.

Article 5: Il ne faut jamais tromper ton mari et soustraire l’argent de la ration pour manger la viande au marché. Tu ne dois pas sortir ni voyager chaque fois chez tes parents sans autorisation de ton mari.

Article 6: La femme, dans la nuit doit tourner et retourner son mari trois fois sur le lit et rouler avec lui jusqu’au bout du lit tout en embrassant. Elle ne doit rien porter sur elle pendant ce moment de plaisir et d’amour.

Article 7: Tu dois commander ton mari sauf la nuit sur le lit et dire fait encore mon petit chauffeur. Ne demande pas ce que fait ton mari dans la vie mais regarde ce qu’il te donne à la maison: Le respect doit se tire dans ton visage et du deviendras une femme de qualité à la couleur de nation et de la dignité africaine.

Article 8: Tu dois prendre congé de tes enfants pendants six heures du temps pour être auprès de ton mari sur le lit comme Adam et Eve pour faire le petit sport semer ton mari jusqu’au petit matin dans le plus grand et profond plaisir.

Article 9: Ne croise les bras pour regarder ton mari lutter pour l’avenir de votre foyer et sache que ton salaire ou ton l’argent de commerces c’est pour la ration et autre petit besoin dans le foyer. La salaire de ton mari c’est pour la construction, la scolarité et l’achat des engins.

Article 10: Il faut être joli propre toujours éclatante dans la beauté naturelle et non celle du marché. Ne laisse jamais une feuille de manguier, bananier ou goyavier tomber dans la cour de la maison et en cas de besoin le matin, midi ou soir avec ton mari. Il faut lui faire signe en passant la main sur la tête.

Article 11: Ton mari peut te chicoter mais ouvre pas la bouche pour prendre par le mal, il faut courir et revenir lui demander pardon et tu dois lui faire toujours de bonne choses la nuit.

Article 12: Attention, ne laisse jamais les enfants dans votre chambre ni toucher le rideau et ne touche la barbe de ton mari devant les enfants et pour sortir, il faut marcher avec lui la main dans la main et il pensera toujours à toi sans chercher une autre femme.     « Mes remerciements aux femmes respectueuses et honorables que leurs noms soient loués».

Tchad : vaste campagne de chimio-prévention contre le paludisme

Le ministère tchadien de la Santé publique a lancé jeudi dans la capitale une campagne de chimio-prévention du paludisme saisonnier.

Cette campagne consiste à donner aux enfants âgés de 3 à 59 mois, un traitement complet afin de réduire considérablement la morbidité et la mortalité liées au paludisme chez cette tranche d’âge.

Pendant cette campagne, les cibles recevront trois doses de comprimés simultanément, soit neuf par mois, durant seize semaines.

“La dose du premier jour sera administrée par les distributeurs communautaires et celles des deuxième et troisième jours par les mères ou tutrices des enfants qui doivent bien observer la pratique”, a expliqué Oumar Hamdane, directeur général de la Santé environnementale et de la Lutte contre la maladie au ministère de la Santé publique. La réussite de cette campagne, a-t-il ajouté, “dépend de l’implication de tous ses concitoyens”.

En 2016, cette campagne a permis d’assurer le traitement de plus 600.000 enfants dans quatorze districts sanitaires.

Au Tchad, le paludisme reste un problème majeur de santé publique qui fait des ravages surtout pendant la saison des pluies (entre juin et septembre, avec un pic des pluies en août). Les enfants et les femmes enceintes en sont les principales victimes. Cette année, plus de 1,4 million de cas de paludisme présumés ont été répertoriés dont 1.686 décès, selon des données du ministère de la Santé publique.

En 2013, le Tchad a connu une flambée du paludisme : un million de cas et 3.000 décès. Les enfants de moins de cinq ans ont été les plus touchés : 175 cas pour 1.000.

Pour faire face de manière efficace à cette maladie, le gouvernement tchadien a adopté, en mars 2014, un ambitieux plan national stratégique de lutte pour les cinq prochaines années. Il s’agit d’un programme de 120 milliards FCFA (240 millions de dollars) qui prévoit trois axes stratégiques, à savoir la prévention, la prise en charge et les activités d’appui.

Source: Tchadinfos

Promo 12 mois de rêve avec Tigo Tchad.

Promo12 mois de rêve avec Tigo.   Rechargez vite à partir de 500F de crédit Tigo et gagnez par tirage au sort :

12 mois de communications gratuites ( Min, SMS et MB), Tablettes, Téléphones et modems.

Pour fêter Tabaski, Tigo vous offre 10 MOUTONS par jour!

👫 Comment participer?

💃Quels sont les cadeaux à gagner?

Les cadeaux à gagner sont :

👉 Communications (300min,300sms et 300MB valide 30 jours) par mois pendant 12 mois

👉 Communications (35 min,35 sms et 35 MB valide 30 jours) par mois pendant 12 mois

👉 Des tablettes

👉 Des téléphones

👉 Des modems

👉 10 moutons par jour pour fêter la Tabaski

✅ Les munites 📲 et SMS ✉ sont utilisables uniquement vers les numéros Tigo. 

Aperçu l’histoire du Baguirmi

Le Baguirmi situé au Sud du lac Tchad, traversé par le Chari, a été un Etat qui s’étendait sur un pays fertile où l’on cultivait le sorgho, l’indigo et le coton.

Le Baguirmi a longtemps fait avec Benghazi (Tripolitaine) un commerce d’humains très florissant qui a été à l’origine de sa prospérité au XVIIIème siècle, mais que les obstacles apportés à la traite des esclaves au siècle suivant ont diminué son importance.

La population se composait d’Arabes et de Noirs, et son histoire se résume en une perpétuelle oscillation entre le joug du Bornou et celui du Ouadaï.

La fondation du Baguirmi est attribuée à un chasseur appelé tantôt Bernim-Bessé et tantôt Dokkengué, qui aurait bâti Massenya, la capitale, vers 1513. Il était païen et ses successeurs le furent comme lui jusqu’à Mâlo (1548 – 1561), qui prit le titre de mbang et créa les brandes charges du royaume.

C’est Abdallah (1561 – 1602), fils de Mâlo, qui aurait été l’islamisateur du Baguirmi. Son neuvième successeur, Borkoumanda-Tadlélé (1734- 1739), fut un guerrier : après avoir dirigé une expédition vers le Borkou et le Kaouar, il vainquit à deux reprises le roi du Ouadaï, Mohammed Ez-Zaouni. Mais Alaouine (1739- 1741) fut vaincu à son tour par l’empereur du Bornou, dont le Baguirmi devint vassal. Mohammed-Alamine (1741 – 1784) s’empara du Fitri sur les Kouka et secoua la tutelle du Bornou.

Abderramân-Gaourang I
(1784- 1806) recommença la lutte contre le Ouadaï; il fut défait et tué par Saboun, roi de ce dernier pays, qui imposa au Baguirmi la suzeraineté du Ouadaï et y plaça comme souverain nominal un fils d’Abderrahmân-Gaourang. Un autre fils de celui-ci, Tchigama, déposa son frère, fut arrêté sur l’ordre de Saboun, amené prisonnier à Ouara, capitale du Ouadaï, puis relaxé, et revint à Massenya, où il régna sous le nom d’Ousmân-Borkoumanda de 1807 à 1846, payant assez régulièrement le tribut exigé par le Ouadaï.

Il conduisit plusieurs expéditions contre le Bornou et se fit battre par le Kanémi en 1824 à Lédéri, près du Tchad, grâce à deux canons que le major anglais Denham
Avait donnés au maître du Bornou. Abdelkader (1846- 1858), en dépit d’une victoire remportée sur Mohammed-Chérif, roi du Ouadaï, demeura tributaire de cet État. Abou-Sekkine (1858-1884) voulut également rejeter la tutelle du Ouadaï; vaincu et chassé de Massenya en 1871 par le roi du Ouadaï Ali, il reprit sa capitale après la mort de ce prince, en 1875.

La cruauté de son fils Borkoumanda (1884-1885) le fitchasser du pays par ses sujets et remplacer par Abderrahmân-Gaourang II qui, attaqué par Rabah en 1893 et menacé de nouveau par ce conquérant en 1896, se vit contraint d’accepter le protectorat  françaisen 1897.

BEAC : le nouveau gouverneur Abbas Mahamat Tolli face à de multiples réformes

​La cérémonie d’installation officielle du gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) a eu lieu le vendredi 31 mars 2017 à Yaoundé au Cameroun. En fonction depuis février 2017, Abbas Mahamat Tolli et ses collaborateurs sont appelés à s’investir afin de relever les nombreux défis en vue d’accélérer les réformes économique et financière envisagées par les chefs d’Etats de la zone Cemac.

La Cemac (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale) connait depuis plus de deux ans des turbulences susceptibles de ralentir son émergence. Dans ce climat marqué par la détérioration de la situation économique et financière « Abbas Mahamat Tolli est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut, au regard de son profil et de son parcours professionnel bien riche » a martelé Calixte Nganongo, président en exercice du Comité ministériel de l’Union.monétaire de l’Afrique centrale. Celui-ci indique qu’une transformation profonde de la Cemac va permettre de renforcer la résilience et la stabilité à moyen et à longs terme. Au nombre des objectifs à atteindre par la nouvelle équipe dirigeante de la Beac figure en bonne place, l’accélération de la modernisation notamment le statut de la Banque centrale et la finalisation de la politique monétaire afin de hisser l’institution au niveau des meilleurs standards.

Allamine Ousmane Meye, ministre camerounais des Finances salue le nouveau gouvernement de la Beac et l’encourage à suivre la feuille de route donnée par les chefs d’État. « Le choix de la Cemac est celui d’une forte intégration qui se construit et qui a des vertus impliquant une forte politique monétaire de la Beac. Nos chefs d’État ont choisi en plus de l’intégration économique, l’intégration monétaire qui est un des leviers principaux de l’épanouissement des populations de la Cemac à travers une communauté dynamique afin de promouvoir la libre circulation des personnes et des biens. Les défis sont nombreux certes, mais une feuille de route a été donnée par les chefs d’État. Elle a été déclinée en 21 résolutions et elle constituera le sentier que vous aurez à suivre. »

Une foule immense composée de plusieurs autorités camerounaises, des délégations venues du Congo, du Gabon, de la République Centrafricaine, de la Guinée équatoriale ainsi que les représentants des institutions monétaires internationales et de plusieurs autres corps diplomatiques ont rehaussé de leur présence cet événement.

Le Tchadien Abbas Mahamat Tolli a été nommé lors de la 27e session extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la Cemac tenue à Malabo le 30 juillet 2016, suivant le principe de rotation par ordre alphabétique des États membres institué en 2010. Le vice gouverneur de la Beac est le Camerounais Dieudonné Evou Mekou.

Source:Tchadinfos

La pollution de l’air


Qu’est ce qui produit la pollution de l’air ?

​La pollution atmosphérique peut être produite par:

-les fumées industrielles (les usines par exemple);

-les combustions assurant les chauffages domestiques et urbains:

-Les gaz d’échappement des automobiles et de tous les moteurs:

-Le brûlage des déchets en dehors des installations prévues à cet effet.

Ces différentes sources de pollution envoient dans l’atmosphère des poussières et des gaz plus ou moins dangereux comme de l’oxyde de carbone qui est un gaz inodore.

Qui est concerné par la pollution ?

La pollution peut affecter les personnes adultes bien portantes respirant chaque jour de l’air pollué. C’est surtout le cas quand ces personnes y sont très exposées comme les agents de la circulation par exemple. C’est aussi le cas pour les personnes fumeurs ou les sportifs qui pratiquent une activité sportive intense comme le jogging ou le vélo à proximité des voies de circulation.

Les niveaux de pollutions varient chaque jour. Les conditions météorologiques peuvent augmenter ce niveau de pollution créant ce qu’on appelle des «pics».

Mais il n’y a pas que les hommes qui sont touchés par la pollution de l’air. En effet, les végétaux et les animaux subissent également des effets dus à la pollution. Les polluants tels que les désherbants, fongicides ou insecticides affectent directement ou indirectement les plantes et à cause de cela, il y a une régression voire une disparition d’espèces pollinisatrices comme, par exemple, les abeilles. Quant aux animaux, ils respirent également de l’air pollué.

Cependant, chaque jour, 5 500 enfants meurent de maladies à cause de leur consommation en eau et aliments pollués. De plus, 40% des maladies liées à l’environnement touchent les enfants de moins de cinq ans.

Y a t-il plusieurs types de pollution ?

Hélas oui, l’air est pollué par différents types de pollutions que nous pouvons classé en 2 parties :

-Une pollution dite primaire : elle est émise directement dans l’atmosphère, et elle est constituée à partir de fioul et de charbon. Elle est aussi constituée d’une pollution constituée par les oxydes d’azotes, des moteurs et des industries, et enfin d’une pollution par les hydrocarbures, les poussières et les métaux.

-Une pollution dite secondaire : c’est une pollution photochimique qui résulte d’une réaction du dioxyde d’azote, du monoxyde de carbone qui est très nocif, et des composés volatils crées à cause des activités de l’homme.

Ainsi, nous avons établi des règles, des normes que nous devons respecter, et qui sont réglementaires… Nous devons d’abord réduire les flux, de nos polluants rejetés et émis dans l’atmosphère, en surveillant et règlementant nos usages industriels, produits en grandes quantités.

Nous devons également rendre une obligation de faire des contrôles anti-pollution des véhicules, réglementé par le code de la route. Nous devons aussi surveiller les rejets domestiques.

En quoi la pollution nuit-elle à notre santé ?

L’air est indispensable pour la survie de l’homme, mais il peut avoir des effets nocifs si sa qualité est mauvaise. La pollution constitue un danger immédiat pour la santé, mais a également un effet qui s’amplifie au fil des années.

La pollution atmosphérique peut être à l’origine de symptômes tels que la toux, gène respiratoire, les maux de gorge ou encore l’irritation des yeux.

Elle peut également déclencher des crises d’asthme chez les asthmatiques ou diminuer les capacités respiratoires chez l’enfant.

Les maladies dues à la pollution sont donc :l’asthme, les allergies, les maladies cardio-vasculaires et plus gravement les cancers du poumon et bien d’autre moins dangereuses comme les maux de tête, les vertiges etc.

Une solution pourrait être d’utiliser des masques anti-pollution car les masques contrôlés par les organismes de normalisation sont en mesure de nous protégé. Tandis que les masques non contrôlés, ceux que l’on peut trouver dans le commerce, peuvent apportés une protection mais son efficacité n’est pas assurée.

Que peut-on faire pour réduire les niveaux de pollution ?

Pour réduire les niveaux de pollution, des gestes individuels peuvent contribuer à la réduction de pollution. Par exemple :

-Nous pouvons acheter des voitures moins polluantes;

Ne pas laissez le moteur de la voiture tourner;

-Limiter sa vitesse pour moins polluer;

Nous pouvons également prendre les transports en commun, circulé à vélo ou encore nous déplacer à pied.

Conclusion :
En résumé, la pollution de l’air est très nocif pour l’homme mais également pour les animaux et

également les végétaux. Cette pollution peut créée des maladies plus ou moins grave à l’homme mais hélas cette pollution de l’air peut tuer. Nous sommes donc tous concernés par la pollution de l’air mais cependant, grâce à des gestes simples nous pouvons réduire les niveaux de pollution.

CAMPAGNE NATIONALE DE VACCINATION DE MASSE CONTRE LA POLIO

DSC00680.JPGDISCOURS DE LA COORDINATION HUB DE N’DJAMENA, UNICEF-TCHAD

JNV DE DECEMBRE 2016 Bodoro LE 03 DECEMBRE 2016

Excellence Monsieur le Gouverneur du Chari-Baguirmi;

M. Le Commandant de la Légion No13 ;

Monsieur le Préfet du Département du Baguirmi ;

M. Le Sous-Préfet de Massenya ;

M. Les Délégués régionaux du Chari-Baguirmi;

Sa Majesté le Sultan du Baguirmi;

M. Le Maire de la commune de Massenya ;

MM. Les Médecins Chefs de Districts ;

Mesdames, Messieurs les Autorités Civiles et Militaires ;

Messieurs  les Chefs traditionnels et religieux ;

Chers collègues du Système des Nations Unies ;

Mesdames, Messieurs les représentants des Organisations de la Société Civile ;

Laborieuse population de Bodoro;

Distingués invités ;

Mesdames et Messieurs

Au cours des dernières années, nous avons assisté à plusieurs cérémonies de lancement et je suis heureuse de constater que le Gouvernement et ses partenaires restent assez concentrés sur l’objectif principal qui est d’éradiquer complètement la polio au Tchad.

Ce matin, nous nous retrouvons pour le lancement officiel des journées nationales de vaccination en riposte contre la Poliomyélite.

La présente campagne se déroule dans un contexte marqué par des bonnes nouvelles dans la lutte contre la polio. Le Tchad s’apprête à célébrer la quatrième année sans Polio.

Ces résultats sont obtenus grâce aux nombreuses campagnes de vaccination de masse organisées contre la polio.Malgré des efforts fournis jusque-là, le virus continue de circuler dans les pays voisins comme le Nigeria, d’où 3 cas de poliovirus sauvage ont été découverts dans l’Etat de Bornou en aout dernier. Comme vous le savez, le virus ne connaît pas de frontière, donc vous conviendrez avec moi que le polio virus sauvage est bien aux portes du Tchad. En plus des risques externes, il faut signaler qu’en dépit d’inlassables efforts fournis jusque-là, les taux de couverture de la vaccination de routine restent assez bas. C’est pour cette raison que nous devons rester en éveil et surtout renforcer les mécanismes et les stratégies qui nous ont permis de récolter des résultats positifs au cours de ces dernières années.

Excellence Monsieur  le Gouverneur,Mesdames, Messieurs.Je voudrais saisir l’opportunité qui m’est offerte pour réitérer au Gouvernement, nos sincères félicitations pour les efforts déployés jusque-là et pour l’engagement des plus hautes autorités du Tchad en faveur de la lutte contre la poliomyélite.

Excellence Monsieur  le Gouverneur,

Chers invités,

Population de Bodoro,

Permettez-moi d’insister sur la communication et la mobilisation sociale sans lesquelles nous n’aurons jamais eu les résultats dont nous en sommes fiers aujourd’hui.

Les stratégies de mobilisation sociale qui ont montré leur efficacité au cours des campagnes passées doivent être renforcées. Plus spécifiquement, l’accent devra être mis sur les activités de communication interpersonnelle qui permettront de résoudre les problèmes récurrents de refus de vaccin ou d’absence des enfants. Notre objectif, faut-il le rappeler, est d’atteindre tous les enfants y compris ceux vivant dans les zones les plus difficiles d’accès.

Je voudrais aussi profiter de cette occasion pour saluer vivement l’implication des relais communautaires non seulement dans la communication interpersonnelle pendant les activités de vaccination supplémentaire, mais également je tiens à saluer leur appui dans les activités de vaccination de routine. Leur volonté est d’apporter une amélioration dans la couverture vaccinale des enfants en organisant les causeries éducatives dans les villages, quartiers et carrées.

Nous ne manquerons pas au passage d’encourager aussi les crieurs publics qui sont à pied d’œuvre pour informer les populations même les plus reculées.

Nous devons par conséquent, renforcer la vaccination de routine qui permet de pallier les insuffisances des campagnes ponctuelles de vaccination de masse. Nous devons amener les populations à comprendre que les campagnes de masse ne sauraient remplacer la vaccination de routine.

Conscient de l’ampleur du défi à relever, l’UNICEF et l’OMS dont j’ai l’insigne honneur de représenter ici, réaffirment leur ferme volonté et leur engagement à accompagner le Gouvernement pour améliorer les indicateurs de santé et plus particulièrement la couverture vaccinale à travers le pays.

Monsieur  le Gouverneur, je m’en voudrais de terminer mon propos sans remercier une fois de plus le Gouvernement, le Ministre de la Santé Publique et vous particulièrement, pour avoir initié la présente campagne de masse et pour les efforts remarquables fournis pour étendre les activités vaccinales dans la région du Chari-Baguirmi.

Je vous remercie pour votre bien aimable attention.