Tchad : vaste campagne de chimio-prévention contre le paludisme

Le ministère tchadien de la Santé publique a lancé jeudi dans la capitale une campagne de chimio-prévention du paludisme saisonnier.

Cette campagne consiste à donner aux enfants âgés de 3 à 59 mois, un traitement complet afin de réduire considérablement la morbidité et la mortalité liées au paludisme chez cette tranche d’âge.

Pendant cette campagne, les cibles recevront trois doses de comprimés simultanément, soit neuf par mois, durant seize semaines.

“La dose du premier jour sera administrée par les distributeurs communautaires et celles des deuxième et troisième jours par les mères ou tutrices des enfants qui doivent bien observer la pratique”, a expliqué Oumar Hamdane, directeur général de la Santé environnementale et de la Lutte contre la maladie au ministère de la Santé publique. La réussite de cette campagne, a-t-il ajouté, “dépend de l’implication de tous ses concitoyens”.

En 2016, cette campagne a permis d’assurer le traitement de plus 600.000 enfants dans quatorze districts sanitaires.

Au Tchad, le paludisme reste un problème majeur de santé publique qui fait des ravages surtout pendant la saison des pluies (entre juin et septembre, avec un pic des pluies en août). Les enfants et les femmes enceintes en sont les principales victimes. Cette année, plus de 1,4 million de cas de paludisme présumés ont été répertoriés dont 1.686 décès, selon des données du ministère de la Santé publique.

En 2013, le Tchad a connu une flambée du paludisme : un million de cas et 3.000 décès. Les enfants de moins de cinq ans ont été les plus touchés : 175 cas pour 1.000.

Pour faire face de manière efficace à cette maladie, le gouvernement tchadien a adopté, en mars 2014, un ambitieux plan national stratégique de lutte pour les cinq prochaines années. Il s’agit d’un programme de 120 milliards FCFA (240 millions de dollars) qui prévoit trois axes stratégiques, à savoir la prévention, la prise en charge et les activités d’appui.

Source: Tchadinfos

CAMPAGNE NATIONALE DE VACCINATION DE MASSE CONTRE LA POLIO

DSC00680.JPGDISCOURS DE LA COORDINATION HUB DE N’DJAMENA, UNICEF-TCHAD

JNV DE DECEMBRE 2016 Bodoro LE 03 DECEMBRE 2016

Excellence Monsieur le Gouverneur du Chari-Baguirmi;

M. Le Commandant de la Légion No13 ;

Monsieur le Préfet du Département du Baguirmi ;

M. Le Sous-Préfet de Massenya ;

M. Les Délégués régionaux du Chari-Baguirmi;

Sa Majesté le Sultan du Baguirmi;

M. Le Maire de la commune de Massenya ;

MM. Les Médecins Chefs de Districts ;

Mesdames, Messieurs les Autorités Civiles et Militaires ;

Messieurs  les Chefs traditionnels et religieux ;

Chers collègues du Système des Nations Unies ;

Mesdames, Messieurs les représentants des Organisations de la Société Civile ;

Laborieuse population de Bodoro;

Distingués invités ;

Mesdames et Messieurs

Au cours des dernières années, nous avons assisté à plusieurs cérémonies de lancement et je suis heureuse de constater que le Gouvernement et ses partenaires restent assez concentrés sur l’objectif principal qui est d’éradiquer complètement la polio au Tchad.

Ce matin, nous nous retrouvons pour le lancement officiel des journées nationales de vaccination en riposte contre la Poliomyélite.

La présente campagne se déroule dans un contexte marqué par des bonnes nouvelles dans la lutte contre la polio. Le Tchad s’apprête à célébrer la quatrième année sans Polio.

Ces résultats sont obtenus grâce aux nombreuses campagnes de vaccination de masse organisées contre la polio.Malgré des efforts fournis jusque-là, le virus continue de circuler dans les pays voisins comme le Nigeria, d’où 3 cas de poliovirus sauvage ont été découverts dans l’Etat de Bornou en aout dernier. Comme vous le savez, le virus ne connaît pas de frontière, donc vous conviendrez avec moi que le polio virus sauvage est bien aux portes du Tchad. En plus des risques externes, il faut signaler qu’en dépit d’inlassables efforts fournis jusque-là, les taux de couverture de la vaccination de routine restent assez bas. C’est pour cette raison que nous devons rester en éveil et surtout renforcer les mécanismes et les stratégies qui nous ont permis de récolter des résultats positifs au cours de ces dernières années.

Excellence Monsieur  le Gouverneur,Mesdames, Messieurs.Je voudrais saisir l’opportunité qui m’est offerte pour réitérer au Gouvernement, nos sincères félicitations pour les efforts déployés jusque-là et pour l’engagement des plus hautes autorités du Tchad en faveur de la lutte contre la poliomyélite.

Excellence Monsieur  le Gouverneur,

Chers invités,

Population de Bodoro,

Permettez-moi d’insister sur la communication et la mobilisation sociale sans lesquelles nous n’aurons jamais eu les résultats dont nous en sommes fiers aujourd’hui.

Les stratégies de mobilisation sociale qui ont montré leur efficacité au cours des campagnes passées doivent être renforcées. Plus spécifiquement, l’accent devra être mis sur les activités de communication interpersonnelle qui permettront de résoudre les problèmes récurrents de refus de vaccin ou d’absence des enfants. Notre objectif, faut-il le rappeler, est d’atteindre tous les enfants y compris ceux vivant dans les zones les plus difficiles d’accès.

Je voudrais aussi profiter de cette occasion pour saluer vivement l’implication des relais communautaires non seulement dans la communication interpersonnelle pendant les activités de vaccination supplémentaire, mais également je tiens à saluer leur appui dans les activités de vaccination de routine. Leur volonté est d’apporter une amélioration dans la couverture vaccinale des enfants en organisant les causeries éducatives dans les villages, quartiers et carrées.

Nous ne manquerons pas au passage d’encourager aussi les crieurs publics qui sont à pied d’œuvre pour informer les populations même les plus reculées.

Nous devons par conséquent, renforcer la vaccination de routine qui permet de pallier les insuffisances des campagnes ponctuelles de vaccination de masse. Nous devons amener les populations à comprendre que les campagnes de masse ne sauraient remplacer la vaccination de routine.

Conscient de l’ampleur du défi à relever, l’UNICEF et l’OMS dont j’ai l’insigne honneur de représenter ici, réaffirment leur ferme volonté et leur engagement à accompagner le Gouvernement pour améliorer les indicateurs de santé et plus particulièrement la couverture vaccinale à travers le pays.

Monsieur  le Gouverneur, je m’en voudrais de terminer mon propos sans remercier une fois de plus le Gouvernement, le Ministre de la Santé Publique et vous particulièrement, pour avoir initié la présente campagne de masse et pour les efforts remarquables fournis pour étendre les activités vaccinales dans la région du Chari-Baguirmi.

Je vous remercie pour votre bien aimable attention.